Durant ma vie de consultant indépendant, je ne sais pas pourquoi, mais plus d’une fois, je me suis fait demander combien de temps a duré mon plus long mandat. Je trouve que cette question est intrigante, car d’une part, je me demande si cette personne va s’en servir pour m’évaluer et d’autre part, je me demande combien de temps devrait durer un mandat à long terme: 3, 6, 9, 12 mois? Cette question m’a amené à réfléchir à ma façon d’aborder les mandats de longue durée et voici le résultat de mes réflexions:

QUAND TU N’ES PLUS CAPABLE, NE TE FORCE PAS!

Pour certains mandats, j’avais l’impression de participer à un concours de mangeur de hot dogs. Les premiers jours étaient faciles, mais pour les derniers hot dogs, j’avais du mal à les manger au complet. Je me suis donc demandé comment j’en étais arrivé à rester au même endroit malgré mon envie de tout arrêter et qui augmentait de jour en jour en attendant avec impatience la date de terminaison de l’entente initiale.

TOUT NOUVEAU, TOUT BEAU!

Je crois que j’en suis arrivé à cela parce que j’ai fait l’erreur de me laisser séduire trop rapidement par les mandats de longue durée. Au début, je voyais que le beau de l’affaire: je n’aurais pas à passer du temps à me faire connaître auprès de nouveaux clients, j’aurai l’esprit tranquille du côté de mes finances et ainsi de suite. Et plus le mandat avançait dans le temps, plus les choses qui m’irritaient prenaient de l’ampleur jusqu’au point de vouloir mettre fin à la relation. J’ai réalisé que les mandats de longue durée, c’est comme un mariage, il est préférable de fréquenter le client quelque temps avant de s’embarquer à long terme.

J’AI LE DROIT DE CHOISIR

Dans mes premiers mandats de longue durée, par peur de perdre le client, je le laissais décider du terme à ma place et de bien d’autres choses. C’est ce que j’ai vécu jusqu’au moment où j’ai pris la décision de choisir combien de temps je voulais m’investir auprès d’un client. Eh oui, je peux décider, après tout, c’est de mon temps précieux dont il est question! J’ai réalisé que c’était de ma responsabilité d’exprimer mon désaccord au client et de déterminer avec lui une durée acceptable pour éviter à chacun de vivre de l’insatisfaction lors de la réalisation du mandat. Ce n’est pas parce qu’on me le demande que j’en ai envie.

JE PRÉFÈRE LE COURT TERME

J’ai pris conscience que je préfère m’investir dans des mandats de courte durée soit 3 à 6 mois maximum et voici pourquoi:

  • Pour garder ma liberté, car c’est pour moi l’une de ces raisons pour laquelle je suis à mon compte. De plus, certains clients apprécient les mandats de court terme puisqu’ils ont la liberté de renouveler ou de mettre fin à la relation d’affaires après une période d’essai.
  • Parce que ce un terme est plus adapté à mon profil de consultant.
  • Pour éviter de prendre de mauvais plis, car on finit par ressembler aux 5 personnes qu’on côtoie le plus souvent.
  • Pour pouvoir m’investir auprès de plusieurs clients durant l’année, ce qui m’offre davantage d’opportunités d’acquérir de nouvelles connaissances et d’améliorer mes façons de faire.

LA LEÇON

Pour répondre à la question ”Combien de temps devrait durée un mandat?”, il n’y a pas de bonnes ou de mauvaises réponses. Peu importe la durée du mandat qui te rend heureux, l’important c’est de respecter tes envies.

Pour ma part, avant chaque mandat d’accompagnement stratégique ou opérationnel, je me demande combien de temps j’aimerais m’investir auprès de mon client. Je lui propose en toute confiance une durée entre 3 à 6 mois puisque je sais que c’est la bonne chose à faire pour moi afin de rester heureux dans ce que je fais.

A+
JF

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.